Archives de Catégorie: Critique des réseaux sociaux

Quels comportements éthiques sur les réseaux sociaux ? Publication du guide éthique des réseaux sociaux de l’UDESCA

Comment prendre en considération l’autre, les biens communs mais aussi soi-même sur le web et les réseaux sociaux ?

Le guide éthique des réseaux sociaux édité par l’UDESCA (Union des Établissements d’Enseignement Supérieur Catholique) et sur lequel j’ai eu le plaisir de travailler propose de répondre à ces questions grâce à des propositions de réflexions et de conseils pratiques.

Depuis quelques années, beaucoup d’entreprises, d’écoles ou d’universités ont édité des chartes réseaux sociaux qui réglementent les usages, plutôt de manière limitative et coercitive.
Voir ma présentation à ce sujet lors de la conférence Educpros de 2012.

Mais quelle est leur portée, leur efficacité, à la fois vis-à-vis des conditions générales d’utilisation des plates-formes mais aussi des lois ?
Et surtout, quid de leur légitimité ? Une entreprise ou une université peut-elle réglementer des relations et des échanges personnels ?

En proposant ce guide, nous avons voulu penser différemment en ne cherchant pas à réglementer, mais plutôt à former et accompagner nos publics, ce qui a évidemment du sens lorsqu’on est une université.

Le guide pose des questions et propose des réflexions et conseils pratiques sur plusieurs axes :

  • Le rapport à soi
  • Le rapport aux autres
  • Le rapport au temps
  • Le rapport à l’information
  • Le rapport à la technique
  • Le rapport à l’apprentissage

L’objectif de ce guide (et c’est là toute la difficulté de l’exercice car il s’agit de se tenir sur une ligne de crête) est de susciter une réflexion sur nos usages et de proposer des pistes pratiques, sans pour autant avoir une posture dogmatique et moralisatrice.

Quelles postures éthiques peut-on adopter sur les réseaux sociaux ?

Voici quelques exemples abordés dans ce guide :

Sur le rapport aux autres, il peut s’agir de tout simplement penser à l’autre quand je publie sur facebook, sur twitter ou sur un blog. Penser à celui qui pourrait être affecté ou blessé par le texte ou la photo que je vais publier (et ce n’est pas forcément celui ou celle qui est sur la photo ou qui est nommé(e) dans le post). Se demander « Comment va réagir l’autre ? », « Que va-t-il penser ? », et donc mobiliser l’empathie et l’humanité qui est en nous et se tourner vers l’autre, sur des outils qui nous poussent à se tourner vers soi-même et à nous admirer, nous évaluer et nous quantifier.
Toujours sur le rapport aux autres, mais cela concerne aussi le rapport à l’information et à l’apprentissage, c’est aussi (je pense que cela est très important sur des plateformes fonctionnant sur la modération à posteriori) savoir corriger une faute, rectifier un post, apporter un démenti, reconnaître une erreur, afin d’améliorer la qualité des contenus publiés mais aussi de mieux prendre en compte l’autre.

Sur le rapport à soi-même et au temps, cela peut être de se réserver des temps de déconnexion, des temps ou l’on se retire de la scène, un temps de la disparition et peut-être un temps du silence et de la réceptivité faisant suite (et non s’opposant à) des temps de connexion et d’émissivité.

Sur le rapport à la technique, cela peut s’incarner par le prise de distance avec des outils qui fonctionnent sur l’urgence et le « push« , nous faisant confondre urgence et information (Voir mon billet à ce sujet), en désactivant par exemple les notifications d’applications pour des contenus qui ne nécessitent pas une lecture immédiate.

Ce guide aborde évidemment davantage de réflexions, questions et conseils pratiques. Il s’agit d’une première version qui sera diffusée à la rentrée 2014-2015 à tous les étudiants, enseignants et personnels administratifs des 5 instituts et universités catholiques de France. Sa diffusion sera accompagnée d’ateliers de sensibilisation et d’échanges pour les différents publics.

Une publication du guide sous licence libre, afin que chaque établissement d’enseignement public ou privé puisse reprendre ce travail, est également envisagée.

Bonne lecture ;  n’hésitez pas à me donner en commentaire de ce billet vos remarques sur le contenu du guide,ce qui permettra de le faire évoluer.

Prendre soin des autres, du bien commun et  de soi-même sur les réseaux sociaux

« Le web 2.0 et les réseaux sociaux sont de formidables espaces d’expression.

Échanger avec d’autres personnes sur les réseaux sociaux, publier du contenu, partager un savoir, un état d’âme ou une réflexion constituent une ouverture sur les autres et sur le monde.
Mais la facilité et la rapidité avec laquelle nous pouvons publier du contenu ne doivent pas nous faire oublier notre responsabilité.

Nous pouvons aussi prendre le temps de nous interroger sur nos pratiques et les enjeux qu’elles soulèvent.Prendre en compte l’autre
, dans sa différence et dans sa liberté de participer ou pas aux échanges sur le web 2.0.
Prendre en considération les biens communs, en apportant du contenu qui permette une construction collective de l’information et de la connaissance.
Enfin prendre soin de soi-même, et essayer de prendre du recul sur nos pratiques, avec ses injonctions de participer, de s’affirmer et d’aller toujours plus vite mais aussi avec les modèles économiques et velléités politiques qui s’intégrent aux outils du web 2.0. »

3 Commentaires

Classé dans Critique des réseaux sociaux, Enseignement, Réseaux sociaux

Cours magistral (apprendre à disparaître à l’ère de la technique)

Je fus frappé, lors d’une conférence sur les enjeux du numérique dans l’enseignement supérieur il y a quelques années, par le propos d’un intervenant qui venait de présenter tous ces fabuleux sites de partage de connaissances : Ted, Khan academy…
« Avec tous ces sites, il ne servira bientôt plus à rien de suivre des études supérieures dans une université », proclamait fièrement l’intervenant à la fin d’une présentation qui ressemblait plus à la lecture de la liste de favoris de son navigateur web qu’à un véritable exposé.
Frappé aussi de lire dans le « petite poucette » de Michel Serres : « l’accès au savoir est désormais ouvert. D’une certaine manière, il est toujours et partout déjà transmis ».
Comme si mettre à disposition un contenu suffisait à ce qu’il soit assimilé.
Comme ça, sans effort ni motivation, ni de la part de l’enseignant, ni de la part de l’apprenant.
Pourtant, mettre à disposition de la connaissance, que ce soit sur une plateforme ou lors d’un cours, ne signifie en rien que celle-ci soit comprise, assimilée, mémorisée et exploitée.

Ni Dieu, ni Maître, mais Moi

Ce mythe de la connaissance déjà assimilée par défaut (car disponible partout et tout le temps, ce qui est faux), entretenu par des discours idéalistes mais aussi commerciaux, destitue en quelque sorte l’enseignant comme Maître pour le reléguer au statut de simple intermédiaire, ou pire d’animateur, perdant son rôle de médiation et de transmission de la connaissance.
Puisque la connaissance est partout, puisque les étudiants vérifient en cours que ce que dit l’enseignant est vrai sur wikipédia (personnellement, je n’ai jamais observé cette pratique dans l’enseignement supérieur, et je doute qu’elle soit courante dans le secondaire. Par ailleurs, ce mythe pré-suppose la connaissance comme vérité, et donc vérifiable, ce qui est également critiquable ), il ne reste plus à l’enseignant qu’à ‘ »apprendre à apprendre », belle formule pour une activité bien difficile à appréhender.
Sans faire de bruit, le discours marketing du web 2.0 a franchi les portes des écoles et des universités : culte de l’action et du faire, affirmation de soi, individualisation des processus, auto-référence plutôt que la référence à un modèle ou un Maître….on retrouve tout cela dans les nouvelles méthodes d’enseignement.
A la célèbre phrase de Woody Allen, « Dieu est mort, Marx est mort et moi-même, je ne me sens pas très bien… » nous pourrions ajouter  « Les parents ont démissionné, les enseignants ont été destitués, et moi, au centre de tout et de moi, je me sens pas très bien ».
Notre époque n’aime pas les maîtres ; la référence à un modèle rappelant sans doute -à tort- le culte de la personne propre aux pouvoirs fascistes que nous avons combattu et que nous combattons toujours dans nos sociétés démocratiques et libérales.

Soyez actifs. Et surtout montrez-le.

Mais alors, puisque la transmission de la connaissance n’est plus nécessaire, puisque la connaissance est partout et que l’enseignant n’est plus Maître, que faire dans la salle de classe dé-sanctuarisée ?
Rassurez-vous, il y a des gens qui réfléchissent à ça. Il y a même des marchands qui vendent de très bons produits. Et en plus, c’est très photogénique.
Oui, car le problème avec la transmission de la connaissance, c’est qu’elle nécessite que les étudiants écoutent (ou s’ennuient).
Il faut que les étudiants passent d’une situation passive à une situation active, vous comprenez c’est bien mieux pour eux.
Sauf que…
Sauf qu’un étudiant qui écoute, ou qui s’ennuie pendant un cours magistral n’est pas passif.
L’écoute, l’ennui, l’imagination constituent une activité.
La seule différence avec d’autres réside dans le fait qu’elles sont intérieures.
Mais notre époque, n’aime pas ce qui n’est pas visible….

De la classe à la crèche : la régression par la technologie

Pour faire agir les étudiants (ou du moins pour rendre visible leur actions), offrons leurs des jouets, des tablettes et des objets interactifs.
Bref, occupons-les pendant le cours, puisque l’enseignant n’est plus le Maître.
Avec un impératif : qu’ils soient toujours dans l’action, dans le « faire », le « produire » et le « construire ». 
Ne surtout pas laisser de place au vide, ou du moins à ce qui ne serait pas visible, comme l’ennui, le rêve, l’introspection ou l’imagination.
Faire agir les élèves ou étudiants, ne pas les laisser passifs, les occuper… Ça ne vous rappelle rien ?
Allez, je vous aide.
Faites l’expérience de taper la requête « salle de classe de classe du futur » dans google, et vous découvrirez : des salles, des murs et des sièges colorés, des étudiants par petits groupes autour d’une table, idéalement avec un objet (un jouet ?) entre les mains, et un enseignant qui touche (qui s’amuse ?) un tableau numérique interactif.
Visiblement, la classe du futur ressemble à une crèche, où l’ipad remplace la pâte à modeler et où le toucher (le digital) prédomine sur le penser.

Le diagnostic tombe, la thérapeutique suit

Oui, mais vous comprenez, cette génération qu’on nomme Y est malade : paraît-il que ces jeunes sont hyperconnectés, multitâches et très distraits, hyperactifs, incapable de se concentrer plus de 25 minutes.
Le diagnostic est sans appel. Il faut donc bien trouver des traitements, des thérapeutiques, et les objets interactifs sont pour cela très prometteurs.
Avec la fâcheuse impression, à l’instar de l’industrie pharmaceutique moderne, que ce n’est pas la maladie qui fait le médicament, mais l’inverse.
Le diagnostic a cela de pratique qu’il fait la maladie, la maladie a cela de pratique qu’elle fait le médicament. Le médicament a cela de pratique qu’il fait s’enrichir ceux qui le produisent.
Oui, les jeunes que l’on classe dans la génération Y sont plus volatiles et plus distraits que leurs parents, mais c’est simplement parce qu’ils utilisent davantage les outils que leurs parents ont commencé à utiliser un peu plus tard.
Il n’y a qu’à observer, dans le monde professionnel, les réunions dans lesquelles les quadra ou quinquagénaires, avec les mêmes outils que la génération Y (smartphone et laptop) ont exactement les mêmes comportements.
Cela signifie qu’il ne s’agit pas de comportements générationnels, mais d’une modification de nos comportements par les outils que nous utilisons.
Toute le monde peut faire plusieurs choses en même temps, mais nous savons très bien, grâce notamment à la psychologie positive, que nous ne pouvons pas tirer bénéfice de ce comportement, que ce soit d’un point de vue psychologique (impossibilité de bien vivre le moment présent, et donc d’être heureux) ou utilitariste (très faible capacité à mémoriser et à capitaliser les connaissances lorsqu’on est peu concentré).

Et si le problème n’était pas la maladie, mais la thérapeutique ?

J’ai longtemps cru que les objets ne transformaient pas les hommes, puisque ce sont les hommes qui les façonnent.
Mais, sans adhérer à un déterminisme technologique, il faut parfois reconnaître que les outils que nous créons nous transforment.
Comment ne pas reconnaître qu’une notification d’un mail sur outlook alors que l’on est en train de travailler sur un autre sujet, ou qu’une notification d’une application sur notre smartphone alors que nous discutons avec des amis
nous poussent à être distrait et non concentré sur notre activité du moment ?
Paradoxalement, ces outils qui nous promettent de rester connectés nous déconnectent sans cesse du présent.
Prenons conscience que lorsque nous autorisons les fameuses notifications lors de l’installation d’une application sur notre iphone (malheureusement toujours en opt-out), nous donnons le pouvoir à cette application de nous déranger, de nous déconnecter de notre présent pour une information qui n’a souvent aucun degré d’urgence.
Cela n’est pas du tout anodin.
De la même manière, comment ne pas reconnaître que les compteurs de j’aime, de retweets et d’abonnés nous poussent au narcissisme, à la mesure et à l’affirmation de soi ?

De l’utilité (et de la difficulté) à nager à contre-courant

De la même façon, alors qu’on décrit cette génération Y comme distraite et incapable de se concentrer, pourquoi leur donner des outils qui renforcent ce type de comportements ?
Sans doute par facilité. »Puisque les jeunes sont comme ça, donnons-leur ce qu’ils aiment. « .
Comme des parents qui renoncent à punir leurs enfants par peur de n’être plus aimés, on fait croire aux enseignants qu’ils doivent renoncer aux cours magistraux et aux anciennes méthodes pédagogiques, sous peine de n’être plus écoutés, et peut-être de n’être plus aimés.
Mais ce modèle n’est-il pas le degré zéro de l’éducation ?
Lorsque j’enseigne, je suis personnellement autant perturbé par des étudiants qui bavardent en cours que par des étudiants silencieux mais que je vois s’égarer sur facebook.
Au lieu de flatter des comportements que nous pensons peu épanouissants, pourquoi au contraire ne pas aller à l’encontre de cela, et  imposer ce que nous pensons être bon ?
Quitte à ce que cela soit plus dur, pour les enseignants comme pour les étudiants. Aller à l’encontre des tendances, surtout quand elles sont attractives et supposées être « d’avenir »,  est toujours plus difficile que de nager à contre-courant.
Quitte à ce que les étudiants soient contraints (quel horrible mot) à parfois se taire, à écouter, à bavarder ou à s’ennuyer.
Bref, donner un cours magistral.

Cours magistral 

Regardons la définition de l’adjectif magistral :
* Qui est le fait d’un maître, qui atteste de la maîtrise ; remarquable :Œuvre magistrale.
* Qui évoque le comportement solennel, doctoral, supérieur du maître ; docte : Un ton magistral.
* Familier. Exceptionnel par sa force, son importance, son audace magnifique : Réussir un coup magistral.
Cette définition peut nous paraître aujourd’hui totalement dépassé et archaïque.
Et si elle était au contraire résolument moderne ?
Un Maître, un instant solennel, de l’audace, de la force…N’est-ce pas de tout cela dont les élèves et étudiants ont aujourd’hui besoin ?
Plutôt que leur donner des jouets interactifs et les faire sans cesse agir, n’ont-ils pas besoin d’écouter (ou de ne pas écouter) un Maître qui puisse transmettre et surtout donner ?
Sans que le Maître soit surpuissant, sans que sa pensée soit vérité, mais qu’elle soit simplement une voix que l’élève ou l’étudiant est libre d’écouter ou ne pas écouter, une voie que l’étudiant est libre de suivre ou de ne pas suivre.
« Choisis un Maître, peu importe lequel, et obéis longtemps » écrivit Friedrich Nietzsche (1). Il y a dans cette idée deux éléments importants : la référence (qui n’est pas forcément soumission) à quelque-chose ou quelqu’un qui est plus grand que soi (supérieur), mais aussi et surtout le fait -et la capacité- d’être libre de le choisir. 

Remettre les outils à leur place 

Arrêtons aussi d’envisager les processus d’apprentissage uniquement par le biais des outils.
Les TICE, Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement, doivent n’être qu’une des boîtes à outils, parmi d’autres, de la pédagogie.
J’enseigne depuis 4 ans dans le supérieur avec twitter, google drive et d’autres outils numériques (contribution à wikipédia…), pendant et en dehors des cours. Avec un -tout petit- recul lié uniquement à ma modeste expérience, je constate que l’utilisation de tels outils peut être efficace à certains moments de la progression pédagogique et dans certains contextes et projets.
Au final, nous n’avons certainement pas assez de recul pour évaluer correctement la pertinence et l’efficacité de ces nouveaux outils dans l’enseignement.
Replacer les outils à leur place, c’est les utiliser dans un objectif et contexte bien particulier, avec mesure et subtilité. 
L’accessibilité de la connaissance sur internet est formidable et grisante. Mais elle n’est rien si l’apprenant n’est pas capable d’effort et de motivation.
Il est passionnant d’écouter les travaux de Rolland Viau sur la motivation des étudiants (2), qui nous rappelle que pour apprendre, il faut certes le pouvoir, en avoir l’opportunité (cela est possible par l’accès massif, quoique non universel, à la connaissance) mais aussi vouloir, ce qui constitue un mécanisme plus complexe et profond, mais sur lequel l’enseignant et l’étudiant ont un grand rôle et une responsabilité qu’il faut prendre en compte.
Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier le bonheur et l’épanouissement que procure l’acquisition et la mémorisation de connaissances et de compétences, et je ne suis pas certain qu’apprendre à apprendre procure le même plaisir.
Car de plaisir, il en est aussi question dans l’enseignement : plaisir d’apprendre pour l’étudiant, plaisir de faire apprendre pour l’enseignement, comme le décrit Rolland Viau.

De l’éloge du silence et de l’art de disparaître

Dans cette société qui prône l’action, sa mesure et son évaluation (quantified self), l’affirmation de soi par la visibilité et où dis-paraître équivaut à mourir, il est sans doute d’intérêt public de reconsidérer le rôle de la discrétion et de la disparition.
Comme le décrit Pierre Zaoui, cultiver l’art de disparaître, non comme un dogme ou comme une posture permanente, mais comme une jeu d’ombres et de lumières, par une alternance entre la scène et les coulisses (3).
Cet équilibre subtil que l’on pourrait trouver également dans l’enseignement, entre l’activité et le faire-faire par des outils, les discussions et enrichissements par des classes inversées et l’écoute plus solennelle du cours magistral.
Réhabilitons le pouvoir, la volupté et la beauté de nos activités non visibles : l’écoute, l’imagination, l’introspection, la compréhension.
Réhabilitons, à l’ère de la technique, ce qui nous semble peu utile : le questionnement, le doute, l’ennui.
Réhabilitons ce qui ne se compte pas, ce qui ne se voit pas ; cette agitation intérieure qui n’a pour seule manifestation extérieure que le silence.
Disparaître.
Peut-être aussi comme une façon de nous laisser acquérir la liberté de nous choisir un Maître, qu’il soit un enseignant, un père, une mère, un Dieu, un philosophe, un entrepreneur, une voie ou une idée.
Pour nous rappeler que nous ne sommes pas au centre du monde, et que notre propre disparition, celle de la mort, n’est pas si grave.
Disparaître un temps derrière quelque-chose ou quelqu’un de plus grand et de plus puissant que nous.
Simplement comme une façon de se retirer parfois de la scène, de laisser parler les autres.
Disparaître un moment, sans faire de bruit…
Simplement comme une façon d’aimer…

Références  :

(1) Friedrich Nietzsche, Par delà le bien et le mal, 1886
(3) Pierre Zaoui, la discrétion ou l’art de disparaître, Paris, Autrement, 2013

9 Commentaires

Classé dans Critique des réseaux sociaux, Enseignement, tice

Digital labor ou digital volunteer ? Marx à l’heure du web 2.0

« Le web 2.0 est un formidable outil de démocratisation : désormais, chacun peut s’exprimer, prendre la parole et avoir une visibilité »
« Aujourd’hui avec 140 caractères, on peut faire une révolution »
« Sur internet, tout le monde est à égalité.
Si vous lancez un site, vous pouvez devenir plus gros que google » (1)

Ça, c’est pour la promesse.
Une promesse affichée et récitée en choeur par les acteurs du web 2.0, qu’ils soient experts, entrepreneurs, agences ou fournisseurs de services ; à tel point qu’elle en est devenue presque dogmatique : « le web 2.0 offre de formidables opportunités, sachez en profiter. Sinon tant pis pour vous »
La messe est dite.

L’obsession des bonnes pratiques

Et puisque la finalité est bénéfique et indiscutable, il ne reste plus qu’à étudier les usages, et notamment les « bonnes pratiques » permettant de tirer profit du web 2.0.
Les sites web, blogs et ouvrages regorgent de conseils, recommandations, livres-blancs et autres bonnes pratiques sur le bon usage de facebook, twitter ou des blogs, qu’il s’agisse de contextes personnels ou professionnels.

« Comment optimiser sa présence sur facebook ? »
« Comment améliorer son image sur internet ? »
« E-réputation : dix erreurs à éviter »

Ces conseils sonnent parfois comme de véritables injonctions, comme s’il n’y avait qu’une bonne manière de se comporter et d’utiliser ces supports.
Cette obsession du « comment faire » empêche toute démarche introspective sur nos usages et occulte pourtant deux questions essentielles : comment le web 2.0 est né, et quelle relation avons-nous avec les éditeurs de plateformes 2.0 ?

Origine du web 2.0 : plus proche de Wall Street que de la place Tahrir

Philippe Bouquillion et Jacob T. Mathews ont rappelé les enjeux économiques et surtout financiers de la naissance du web 2.0 (2) : Tim O’Reilly, expert et entrepreneur web américain, a envisagé ce concept en 2005 en décrivant les caractéristiques des entreprises internet qui avaient survécu à la bulle spéculative au début des années 2000. Tim O’Reilly observe que les sites et services ayant survécu à cette crise ont placé les utilisateurs et usagers au centre de leur services et de leur valorisation.
La création du Web 2.0 se place donc dans une problématique économique mais aussi essentiellement financière, car les acteurs financiers attendaient après l’éclatement de la bulle spéculative un nouveau cadre de confiance pour de nouveaux investissements et de nouveaux profits.

Le web est collaboratif depuis…1990 !

L’idée selon laquelle il est possible de prendre la parole et d’accéder à une visibilité seulement depuis le web 2.0 est également fausse. Le discours enchanté du web 2.0 nous fait oublier que depuis le début du web au début des années 1990, créer un site et le publier sur le web est possible, pour peu de disposer de quelques connaissances techniques et bien évidemment d’un accès à internet.

Il faudrait aussi rappeler que Tim Berners Lee, « inventeur » du web et Président du W3C, a envisagé en 1990 le premier navigateur web « worldwideweb » (renommé ensuite « nexus ») comme un navigateur ayant une fonction d’éditeur, permettant aux utilisateurs de lire mais aussi de modifier des pages web (3).
Le fondateur du web, bien avant le web 2.0, imaginait déjà le web comme collaboratif.

Le web 2.0 a simplement apporté deux éléments nouveaux : la facilité accrue de publier du contenu en s’affranchissant de contraintes techniques du web 1.0 (créer un site, le publier sur un serveur, actions qui mobilisent des connaissances techniques diverses), et le déplacement de la localisation des contenus, passant de sites crées par l’utilisateur à des grandes plateformes agrégeant des contenus et des espaces.
Ce déplacement des contenus est capital dans le web 2.0, car toute la promesse du web 2.0 repose sur la puissance, en terme d’audience, de ces grandes plateformes, en comparaison avec des sites web « isolés », même si reliés par les liens hypertextes.
Le mélange, parfois sur une même page web, entre les contenus « professionnels » des éditeurs des plateformes (par exemple les articles rédigés par les journalistes,…) et les contenus publiés par les utilisateurs (par exemple les commentaires sur ce même article) offre certes une visibilité accrue des publications des utilisateurs.

Mais ce mélange crée aussi une confusion entretenue par les éditeurs et les « vendeurs du web 2.0 », qui consiste à faire croire que l’utilisateur bénéfice de facto de la visibilité de l’ensemble de la plateforme qui héberge son contenu.

« Pourquoi aller sur facebook ? Et bien tout simplement parce qu’il y a 1 milliard d’utilisateurs, autant d’audience à conquérir ».
Vous avez déjà certainement entendu ou lu maintes et maintes fois ce type de propos, entretenant la confusion entre ce qui est vu et ce qui est visible. Lire mon billet à ce sujet sur la réalité du vu et la virtualité du visible.

Voilà pour l’histoire. Et le présent alors ?
Les plateformes 2.0 hébergent et diffusent nos contenus. Mais il y existe une interaction plus complexe que la seule relation créateur / hébergeur de contenu. Quel statut, quelle relation avons-vous avec ces plateformes ?

Des travailleurs exploités ?

Dans une récente édition de l’émission « place de la toile » sur France culture consacrée au « digital labor », était évoqué la question de savoir si les utilisateurs du web 2.0 étaient des travailleurs exploités (4), au sens marxiste du terme. Car, puisque les utilisateurs créent des contenus la plupart du temps sans rétribution financière et que les éditeurs de plateformes réalisent du profit sur ces contenus par la publicité, comment ne pas penser à Marx et au concept d’exploitation ?
Par ailleurs, tout comme le prolétaire, l’utilisateur du web 2.0 ne possède ni le capital, ni les moyens de production (les outils de publication, mais aussi les contenus qu’ils publient).
Chez Marx, l’exploitation réside dans la plus-value générée par le travail du salarié par le propriétaire du capital, dans le mesure ou la plus-value réalisée est disproportionnée par rapport au salaire du travailleur.
Dans cette logique, les utilisateurs du web 2.0 sont exploités, car ils n’ont en général que peu de bénéfices issus de leur publications, en tout cas financiers.
Mais le travail repose sur un contrat explicite établi entre deux parties. Or sur le web 2.0, ce contrat n’est pas explicite. Nous pourrions certes avancer qu’il existe sous une forme implicite avec les conditions générales d’utilisation des plateformes. Mais l’acceptation de celles-ci par les utilisateurs est souvent tacite et non-éclairée : quel utilisateur lie les CGU de manière exhaustive ?
Et puis, comme le souligne Antonio Casilli dans l’émission « place de la toile », les utilisateurs ne considèrent pas que leurs publications constituent un « travail ».
Sans doute devrait-on alors oublier le terme de « digital labor » ?
Même si l’on peut entrevoir une forme d’exploitation, nous ne sommes donc pas des travailleurs.

Web 2.0 et aliénation 

La question de l’aliénation, notion différente de celle d’exploitation chez Marx, peut également se poser si l’on se penche sur les usages des utilisateurs sur le web 2.0.

La perte de sens, la déshumanisation, le morcellement de l’individu propres à l’aliénation chez Marx se retrouve-t-elle dans nos usage du web 2.0 ?
Cette question est sans doute trop vaste pour pouvoir y répondre dans un billet de blog, mais le fait de se concentrer sur le « comment faire », de ne pas prendre de recul sur nos usages et de ne pas les comprendre pourrait constituer une forme d’aliénation.
A contrario, les interactions, les relations, les créations permises grâce au web 2.0 peuvent être source d’épanouissement et de construction de soi.

Lutte des classes 2.0 ?

Alors si nous sommes dans une certaine mesure exploités, et parfois mêmes aliénés, serions-nous en mesure de nous révolter ?
La révolte ou le conflit supposent la conscience d’être exploité ou aliéné. Or, cette conscience n’est sans doute pas majoritaire chez les utilisateurs, même si beaucoup ont bien conscience des profits réalisés par les plateformes grâce à leurs contenus.
Comment expliquer cela ? Lorsqu’on répète sans cesse à des individus qu’ils peuvent trouver des opportunités dans un système, il est plus difficile de le remettre en cause ou de s’y opposer.

Le discours du web 2.0 nous vend l’opportunité d’améliorer nos vies (nouer de nouvelles relations personnelles, développer des relations professionnelles, trouver un emploi, être reconnu par ses pairs, gagner plus d’argent, trouver des bons-plans). Le concept de « réalité augmentée » traduit d’ailleurs parfaitement cette promesse d’améliorer le réel.
Mais il ne s’agit que d’une promesse. Le travailleur reçoit un salaire, et donc une réelle contrepartie de son travail.
L’utilisateur du web 2.0 n’a pas de contrepartie réelle à son activité, mais seulement une promesse (qui possède donc un caractère virtuel), celle d’améliorer sa vie.

Instagram ou le prélude du grand soir ?

Pourtant, lorsque Instagram a annoncé en décembre 2012 vouloir réaliser des profits directement sur les contenus des utilisateurs, une partie des utilisateurs s’est fortement opposé à cette évolution (5). Nous pourrions analyser cette expérience comme une révolte, qui plus est réussie puisque depuis Instagram a fait machine arrière sur cette évolution.
Pourtant, la plupart des services web 2.0 réalisent déjà des profits sur les contenus des utilisateurs, grâce à l’espace publicitaire commercialisé sur la base de l’audience globale, elle même générée par l’addition des contenus produits et publiés par les utilisateurs.
Mais ce profit publicitaire sur les contenus est indirect, alors que dans le cas d’Instagram, le profit sur les contenus était direct, puisque Instagram souhaitait vendre des photos faites par les utilisateurs.

C’est sans doute cette perception du profit directement réalisé sur ses contenus qui a engendré chez les utilisateurs la conscience d’être exploité,
même si paradoxalement la plupart d’entre eux savent qu’ils ne peuvent pas eux-mêmes faire des profits avec ces mêmes photos.
Comme si les utilisateurs du web 2.0 disaient aux éditeurs de plateformes : « on sait qu’on ne fera pas du business avec nos photos instagram ou nos tweets, on tolère que vous fassiez des profits grâce à l’audience, mais vendre directement nos contenus, non ».

L’expérience d’instagram marque-t-elle un repère, un seuil au delà duquel les plateformes du web 2.0 ne doivent pas s’aventurer, sous peine de déclencher le « grand soir » ?

Des digital volunteers

Alors, quel est le notre statut quand nous créons du contenu et que nous le publions sur le web 2.0 ?

Nous sommes peut-être des bénévoles.
Bénévoles, parce que même si nous sommes dans un certaine mesure exploités, peut-être parfois aliénés, nous ne sommes pas prisonniers comme le sont les esclaves, ni engagés et liés à un contrat comme les travailleurs.
Bénévoles parce que nous avons le choix de publier ou pas, de choisir notre espace ou notre plateforme.
Bénévoles parce que souvent nous n’avons pas de rétribution financière de notre activité de publication.

Mais si le bénévole est souvent engagé dans une cause qui le dépasse ; les bénévoles du web 2.0 sont souvent engagés dans une cause qui ne les dépassent pas : leur cause personnelle. Celle d’accéder à une reconnaissance, qu’elle soit professionnelle ou personnelle.

Pour Marx, les prolétaires sont ceux qui doivent vendre leur force de travail pour vivre.
Les utilisateurs du web 2.0 sont peut-être ceux qui doivent donner de leur temps pour exister.

Références :

(1) Ces phrases sont des citations d’experts ou de professionnels du web 2.0
(2) Philippe Bouquillion, Jacob T. Matthews, « La communication en plus », Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, 2010
(3) A propos du navigateur worldwideweb : http://www.w3.org/People/Berners-Lee/WorldWideWeb.html
(4) Digital labor : portrait de l’internaute en travailleur exploité Place de la toile du 8 décembre 2012 – avec Yann Moulier-Boutang et Antonio Casilli
(5) Instagram perd la moitié de ses utilisateurs – 01net – 15 janvier 2013

3 Commentaires

Classé dans Critique des réseaux sociaux, Réseaux sociaux, Recherche, tendances